Cycle TEMOINS DE NOTRE TEMPS

Rencontre avec Alain-Didier Weill en compagnie de Pascale ChampagneGwen Berrou et Céline Rallet pour la présentation de son livre Un mystère plus lointain que l’inconscient (Editions Aubier)

Il s’agit de travailler sur tout ce qu’un corps émet et qui n’est pas forcément visible et qui ne passe pas forcément par l’échange direct.

Claude Régy

Nous savons aujourd’hui que l’inconscient est le lieu privilégié où la vie trouve son sens, si et seulement si, le psychisme est capable de ré-volte et de création.

 

Faire une Psychanalyse, c’est s’offrir en tant que sujet la possibilité d’une re-naissance par une re-structuration du psychisme, dans un profond mouvement de création qui n’est pas simplement création de sens nouveau.

 

De cette capacité essentielle d’altérer la réalité en y introduisant cet “alter absolu” qu’est “l’au-delà de la réalité”, il en ressort cet exploit consistant à se déplacer vers un ailleurs : la psyché et ses multiples mystères.

 

La psyché est, par essence, conflictuelle. Au sein de cette conflictualité inhérente au psychisme et nécessaire à la condition humaine advient une jouissance vitale pour maintenir l’esprit en vie, vitale pour notre capacité de représentation, de création et de questionnement.

 

Les véritables artistes nous l’enseignent depuis toujours, cette nécessaire tension de la psyché pour créer. Celle qui permet à notre humanité aujourd’hui de ne pas se laisser happer dans un mouvement totalitaire de suspension du questionnement rétroactif et du questionnement insistant.

 

Et puis en nous transmettant l’existence d’une réserve permanente -l’inconscient- inépuisable, débordant le donné, le su, l’entendu, le vu l’artiste et le psychanalyste nous apprennent qu’ils n’ont pas la propriété de cette réserve excessive : contrairement à ce que la société actuelle tend à nous faire croire. Ils ne sont pas propriétaires de leur richesse, et c’est pourquoi cette richesse est surabondante et ne se donne jamais deux fois de la même façon…

Pascale Champagne

 

Cette soirée sera l’occasion à partir du magnifique livre d’Alain-Didier Weill de tenter de penser cet acte si surprenant qu’est l’acte créateur.

 

Car l’intérêt que porte Alain-Didier Weill à la création artistique, au mouvement de la danse, à la lumière d’un tableau, à la pulsation musicale, à la présence du comédien l’amène à reconsidérer la clinique, la direction de la cure et, de ce fait, la responsabilité de l’analyste voire celle de l’artiste.

 

Qu’y a-t-il dans le regard étonné que le nouveau né pose sur le monde ? Dans le « pourquoi » insistant de l’enfant ? Dans la sidération de l’adulte à l’écoute d’une note, d’un rythme, d’un trait d’esprit inouï ? Dans le vol suspendu du danseur ?


Le surgissement d’un nouveau radical qui va bien au-delà du renouveau lié à la remémoration d’un signifiant refoulé, tel que Freud l’avait formulé. Il est la clé d’un lieu auquel le mot ne donne pas accès et que Lacan situait « plus loin » que l’inconscient.


Mais comment s’approcher d’un tel lieu ? L’acte de création semble y mener lorsqu’il offre à notre perception de quoi appréhender l’invisible, l’inouï. Et n’y a-t-il qu’une réponse à cet étonnement ? Quelles instances psychiques met-il en jeu ? 

 

Alain Didier-Weill a trouvé dans la création artistique de quoi s’approcher de ce rien d’où naît la création et il postule qu’il s’agit du même lieu que celui où se tient la vérité, celle qui ne peut que se mi-dire, et « fait résonner un point de non-savoir radical »

 

Alain-Didier Weill est psychanalyste, Il est le cofondateur de l’Association Coût Freudien, de l’Inter Associatif Européen de Psychanalyse et du Mouvement Insistance art psychanalyse et politique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et il est également dramaturge.

 

Pascale Champagne est psychanalyste, membre d’Insistance. Elle est également metteur en scène avec des jeunes, des adolescents et des adultes en difficulté. Elle crée cette année une troupe universitaire site UCL Woluwé.

 

Gwen Berrou est comédienne. Elle tente, à travers ses propres créations scéniques, son implication citoyenne et le partage de sa pratique d’écoute et de soin Reiki de cultiver l’espace nécessaire aux possibles.

 

Céline Rallet  est comédienne, s’initie à la mise en scène, et est membre du collectif MANIFESTEMENT. Ses préoccupations vont à la question d’un possible renouvellement du rapport artistique entre art et politique, elle mène à ce titre un travail de recherche et d’écriture ‘en collaboration’ avec le sud tunisien.

 

 

 

 

 

 

 

 

Portes
Début