Théâtre de la Vie 21 mars (20H) et 22 mars (14H et 20H)


2017 :

l’Infini a 30 ans,

la Révolution russe a 100 ans,

le printemps n’a pas d’âge !

 

« Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse. »

Albert Camus

 

Les Justes : En février 1905, à Moscou, un groupe de terroristes appartenant au parti socialiste révolutionnaire organisait un attentat à la bombe contre le grand-duc Serge, oncle du tsar. Cet attentat et les circonstances singulières qui l’ont précédé et suivi font l’objet des Justes. 

Albert Camus, Préface à la pièce extrait— 1949.

 

Le printemps des Justes :

Des lectures-spectacles-débats pour défendre le droit à l’existence.

Donner accès à la parole dans la tolérance et la rencontre par la création. Offrir aux citoyens des outils culturels pour ouvrir l’expression. Avec Camus apprendre à « parler » et argumenter sur un sujet sensible, celui de l’impossible à dire, des comportements difficiles à imaginer : ceux du terrorisme. Réfléchir à l’Histoire pour saisir le présent. Décrypter à travers la langue de Camus combien les arguments de ses personnages se muent en contradictions. Comprendre pourquoi la violence ne peut qu’engendrer la violence ; que détruire ne se fait jamais par amour mais seulement par haine.  Réaliser que le langage peut rétablir une égalité ailleurs que dans l’argent ou le pouvoir, que vouloir dire passe par être capable de dire. Apprendre par le moyen de la lecture active, en se tournant vers l’autre et en tentant de mesurer ce qui manque à chacun pour atteindre une certaine forme de liberté. Dominique Serron -Printemps 2017.

 

Conception : Dominique SERRON

Assistante : Florence GUILLAUME

Avec, en alternance : Toni D’ANTONIO, Alexia DEPICKER,  Abdel EL ASRI, Vincent HUERTAS, François LANGLOIS, Fabrizio RONGIONE, Luc VAN GRUNDERBEECK et Laure VOGLAIRE.


Une production de l’Infini théâtre avec le soutien du Théâtre de la Vie. L’Infini reçoit le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Cocof et de la Loterie Nationale.

 

 

Photo (c) tiré du film “Un Chien Andalou” de Luis Buñuel

 

 Durée : 1h20

Portes
Début