Né en 1925, Jean Gillibert mène une carrière de médecin psychiatre et de psychanalyste et accomplit son œuvre artistique. Homme de théâtre complet : acteur, metteur en scène, il est aussi poète, homme d’actions et de rencontres. Antonin Artaud, Albert Camus, Jean-Louis Barrault, Maria Casarès et Julien Gracq furent ses compagnons de route. De l’aventure de Châteauvallon jusqu’aux lieux théâtraux les plus marginaux, il trace un parcours unique en évitant toujours “le cauchemar de l’ambition”.

 

Traducteur d’Eschyle, Sophocle, Euripide, Shakespeare, William Blake, Edgar Poe… Adaptateur de Calderon, Tolstoî, Balzac, Dostoîevsky, Henry James, Pierre Jean Jouve… Auteur de nombreux articles, de cinq essais sur le théâtre et l’art de l’acteur dont « L’Acteur en création » et « L’Esprit du théâtre », il entreprend, à la fin des années 1980, une œuvre dramatique personnelle qui se poursuit encore aujourd’hui : « L’écriture de théâtre que je tente d’extraire de ma vie personnelle -fort tardivement il est vrai- et de violentes et décisives expériences d’acteur, d’animateur, de metteur en scène, est devenue cette nécessité qui ne se laisse pas contraindre ».

 

!!! RAPPEL !!! La rencontre sera suivie dès 20H15 par le 1er rendez-vous public« Work in progress » en compagnie de L’Atelier Corneille pour une lecture-spectacle du « Viol de Lucrèce » de Shakespeare (traduction Jean Gillibert) et du Theatropolitain pour une première étape du spectacle « Faisons des vivants ».

 

Portes
Début