De Tennessee Williams
Traduction par Pierre Laville


Nouvelle-Orléans, les Champs-Élysées, un cul-de-sac dans un quartier populaire. L’existence et ses méandres : deux sœurs se retrouvent après une longue séparation. Stella a fait sa vie modestement avec Stanley, un homme aimant, un survivant de la guerre. Tandis que sa sœur Blanche compense sa solitude dans le fantasme d’un passé fastueux et se projette dans un avenir extraordinaire.
Entre sensualité, désir, fragilité, ivresse, douceur et manque d’intimité, Tennessee Williams provoque la rencontre de deux mondes diamétralement opposés avec une écriture poétique et musicale qui explose dans un langage souvent d’une rare brutalité, en vies fracassées.
La vulnérabilité comme objet d’interrogation pour le metteur en scène. Une jeune compagnie pour défendre le projet.

“Notre travail sur Williams a évolué en étant accompagné à chaque pas du texte anglais. Tennessee Williams nous offre une écriture rugueuse, ardente et élégante telle la grâce au milieu de la merde (W.B. Yeats) : une écriture essentielle et d’une gigantesque humanité.
Le regard acéré de Williams et son âme d’écorché vif le poussait à s’élever avec force contre tout ce qui aurait tenté de vaincre la vie. Un Tramway nommé Désir en est l’écrin.

Le spectacle, tout comme l’écriture de Williams, tourne autour du thème de la proximité humaine, du désir inassouvi, et joue sur la réarticulation d’un milieu familial et social comme les quilles d’un bowling frappées de plein fouet d’une balle forcenée : l’impondérable et nous. Montrer un Tramway nommé Désir est la gageure de mettre en scène une pièce dramatique qui, comme le chantent les mots de Williams lui-même, permet à une foule de se retrouver ensemble au fond d’une caisse noire dans une relation qui s’accorde à l’un de ses diktats : alors que tant de personnes sont seules et semblent solitaires, il serait inexcusablement égoïste de se sentir seul mais non-accompagné.” Stephen Shank


Avec : Cédric Cerbara, Audrey D’Hulstère, Jacqueline Nicolas, Jean-Louis Leclercq, Céline Peret, Stéphane Pirard, Olivier Prémel / Mise en scène : Stephen Shank / Assistanat à la mise en scène : Luis Vergara Santiago / Une création du projet Alcantarea en partenariat avec le Théâtre de la Vie. Avec le soutien de la Cellule 133a.

L’œuvre est représentée dans les pays de langue française par l’Agence MCR, Marie Cécile Renauld, Paris,
info@paris-mcr.com. www.paris-mcr.fr, en accord avec Casarotto Ramsay, London.

Venez partager une soirée-rencontre avec l’équipe du spectacle le vendredi 15 janvier
Portes
Début